Datajournalisme : les bons outils

Avec l’opendata et l’infobésité, le datajournalisme (ou journalisme de données) tend à être de plus en plus utilisé. Avec une bonne méthodologie et les bons outils, c’est chose simple que de devenir un pro de la data, voici nos conseils.

En 2010, des chercheurs de San Diego ont démontré qu’un foyer américain était exposé en moyenne à 100 000 mots par jour. Preuve que dans l’ère du numérique et de l’infobésité, nous sommes submergés et avons besoin de filtrer l’information clairement. Le datajournalisme est donc né (de l’open data aussi, avec ouverture publique des données en 2009), et met ainsi en images les données sous des formats plus ou moins structurés (du graphisme à la vidéo explicative, comme Datagueule par exemple). Le journalisme de données vise à exploiter et mettre à la disposition du public des données statistiques. Il permet ainsi une lecture plus simplifiée des chiffres à travers des cartographies ou des graphismes.

Quels outils utiliser ?

  • Google Spreadsheets

Si le Google Spreadsheets est favori devant Excel, il n’est pas très design, mais très pratique pour les feignants. Il permet à partir de votre tableur (ou d’un tableur importer du web) et en deux clics de faire facilement de petits graphiques et vous pouvez même pousser jusqu’à faire une cartographie avec Google Charts !

  • Easel.ly

Vous avez le choix : soit vous partez d’un modèle déjà existant, soit vous créez tout de A à Z ! Easl.ly est un outil simple et plutôt interactif : vous faites glisser des éléments graphiques correspondant aux résultats de vos recherches dans l’infographie. Vous pouvez également y intégrer des données extérieurs comme un tableur Excel par exemple !

  • Datawrapper

Avec Datawrapper les possibilités sont grandes : possibilités de personnalisation, création et modification de graphiques en temps réel en fonction des données que vous avez recueilli dans l’outil. Plus de 300 rédactions utilisent cet outil plutôt interactif, qui permet de publier simplement et correctement des graphismes.

  • Infogr.am

Infogr.am vous permet de créer des infographies facilement en s’appuyant sur les données d’un tableur Excel, préalablement importé. Ensuite, les possibilités sont infinies : ajout de textes, icônes, cartes, visuels de votre choix (importés de votre ordinateur), vidéos Youtube…

  • Piktochart

Intuitif et simple d’utilisation, le design de Piktochart est plutôt moderne (à l’opposé de celui de l’outil Google). Avec cet outil aussi les possibilités sont immenses : insertion de diagrammes, de cartes, de texte, d’images, vidéos, et tableaux.

Bon à savoir : tous ces outils sont gratuits.

N’oubliez pas de rechercher vos données sur des sites fiables, comme sur le site l’Insee par exemple. Pensez également à Google Form si vous souhaitez obtenir vous même des données à petite échelle de manière rapide et efficace. Pour créer un article data qui parle à votre lectorat, variez l’information entre texte, visuels et graphique. And last but not the least, choisissez efficacement quel type de graphique en fonction des données recueillies : si vous avancez des données géographiques, préférez une carte, si vous détaillez une évolution, préférez un graphisme, et mettre en corrélation des chiffres, un camembert.

© photo de Une : JWYG

Pour en savoir plus sur le sujet et devenir un professionnel du journalisme de données, un peu de lecture s’impose avec Le Guide du Datajournalisme.

blank

Juliette Bassine

En alternance chez Voyages-sncf.com, je ne suis pas cheminote. Intriguée par l'évolution de l'internet et de ses outils j'ai rejoint l'équipe de Medialism en toute logique !

Leave a Comment