Paris Vigil 360 : quand le réel s’invite dans le virtuel

La réalité virtuelle trônait en reine au CES 2016 de Las Vegas. Et pour cause elle arrive petit à petit dans les médias, américains : ABC et The New York Times ont déjà lancé leur application de réalité virtuelle et créé leurs reportages immersifs. 

Se retrouver au milieu d’un village syrien, assister à des manifestations du 70e anniversaire du Parti du travail de Corée du Nord, être au milieu de réfugiés dans un camp du Sud-Soudan, le tout dans son canapé, c’est désormais possible avec la réalité virtuelle. ABC et The New York Times ont déjà lancé cette nouvelle technologie à travers leurs nouvelles applications où ils proposent des reportages immersifs au coeur des événements. Nous nous sommes entretenus avec Graham Roberts, réalisateur du reportage immersif Paris Vigil 360, publié sur l’appli du NYTVR après les attentats de Paris le 13 novembre 2015. Plongé au coeur des gens qui se recueillent, touchés par ces événements, le spectateur se retrouve devant le bar Le Petit Cambodge ou sur la Place de la République.

Comment votre première expérience de reportage immersif s’est déroulée ? Car Paris Vigil 360 a été préparé, tourné et finalisé en peu de temps.

Ca s’est bien passé ! On a envoyé deux vidéastes à Paris immédiatement après les attentats. On les a formés à utiliser l’appareil par chat vidéo, que nous venions juste de finir et tester. Pour le reste, c’était aux vidéastes de trouver une position idéale pour la caméra. Nous aurions été satisfaits avec une seule scène utilisable, mais finalement, on s’est retrouvés avec un certain nombre de rushs exploitables dans une narration cohérente ! C’était le premier reportage NYTVR 100% produit par le New York Times. Donc on est très fières de la qualité qu’on a été capable d’atteindre tout autant que l’accueil et l’enthousiasme des internautes !

 

Avec quelle technologie travaillez-vous ?

On utilise actuellement une caméra “rig” composée d’une rangée de caméras GoPro, cousues et reliées à Kolor (système de synchronisation de flux vidéo, pour donner l’aspect 360°). Le compositing s’est fait sur After Effects, et le montage sur Premiere. L’équipement est déjà plus mobile par rapport à ce qui a été fait à Paris. Je ne serais pas surpris si cette rapidité de changement perdure dans l’année !

 

Savez-vous combien de personnes ont utilisé l’application NYTVR ?

Je n’ai pas les chiffres. Mais au New York Times, c’est l’appli qui a le plus de succès en terme de lancement.

 

Pensez-vous que cette nouvelle technologie est facile à utiliser pour les journalistes ?

Pour le moment, non. La production requiert beaucoup de savoirs, combinant parfois plusieurs domaines d’expertises et beaucoup de peines lors de la post-production. Cela requiert aussi de repenser la manière dont on raconte les histoires, après tout c’est un nouveau média, on ne film plus juste ce qu’il se passe, on est au coeur de l’action.

 

Est-ce que vous pensez que c’est une tendance qui sera adoptée par les journalistes ?

Oui, je pense. Il y a quelque chose de puissant qui peut être atteint avec la réalité virtuelle quand c’est bien fait. De plus, cela augmente l’empathie.

 

Travaillez-vous sur de nouveaux projet ?

Oui, nous avons beaucoup de projets excitants à l’horizon. Téléchargez l’application NYTVR et restez connectés !

Pour ce qui est de s’équiper, l’utilisateur devra acheter un petit boîtier en carton à monter soit même lancé par le NYT et Google. Contrairement à un véritable casque de réalité virtuelle, cet outil est certes moins confortable, mais plus accessible : 23 dollars contre 599 !

Visionneuse Cardboeard ©Evan-Amos

Visionneuse Cardboeard ©Evan-Amos

blank

Juliette Bassine

En alternance chez Voyages-sncf.com, je ne suis pas cheminote. Intriguée par l'évolution de l'internet et de ses outils j'ai rejoint l'équipe de Medialism en toute logique !

4 Comments

Leave a Comment