6x9 isolary confinement

The Guardian lance « 6×9 », son tout premier projet de réalité virtuelle

L’année 2016 sera l’année de la réalité virtuelle en journalisme. Cette fois, c’est The Guardian qui saute le pas, avec un reportage immersif sur l’isolement pénitentiaire.

Les projets de réalité virtuelle (VR) fleurissent dans les rédactions, malgré le processus très technique et sophistiqué qu’implique leur production. Lorsque émerge une nouvelle technologie, il faut un certain temps d’adaptation aux médias pour prendre conscience des enjeux éditoriaux qu’elle amène. Pour autant, les journalistes ont très vite assimilé qu’au-delà de permettre aux gens de comprendre un sujet, ils peuvent maintenant leur permettre de l’expérimenter avec la VR.

> Paris Vigile 360 : quand le réel s’invite dans le virtuel

C’est au tour du Guardian de se lancer dans l’aventure 360°. Le média britannique vient de publier son tout premier reportage en réalité virtuelle : « 6×9 », une expérience virtuelle de l’isolement pénitentiaire. La cellule créée par le Guardian n’est pas visuellement une reproduction des plus réalistes, mais elle transmet très bien toute l’horreur et l’angoisse que vivent les 80 000 personnes en isolement dans les prisons américaines*.

Francesca Panetta, éditrice de projets spéciaux au Guardian, explique : « l’isolement pénitentiaire, c’est un terrain connu pour le Guardian, mais la réalité virtuelle aide à raconter l’histoire d’une façon qu’aucun article n’aurait pu exprimer. »  Et « 6×9 » va bien au-delà de la simple expérience visuelle. Le son est également un élément central.

Une immersion psychologique

Pour raconter cette histoire, Panetta et Lindsay Poulton, co-productrice, ont demandé à 6 hommes et femmes, tous anciens détenus, de partager leurs expériences de l’isolement pénitentiaire. Leurs voix accompagnent l’utilisateur à travers le reportage. « Au final, nous voulions que [les utilisateurs] sachent tout de l’isolement pénitentiaire, mais nous voulions aussi qu’ils ressentent ce que ça fait d’y être », révèle Francesca Panetta, « ce sont des gens qui perdent toute emprise sur leur santé mentale. »

L’expérience atteint un niveau viscéral grâce au son d’ambiance, enregistré dans une vraie prison américaine. Celui-ci a été fourni par Frontline, média d’investigation, qui a effectué la captation pour son propre documentaire sur l’isolement pénitentiaire, Solitary Nation.

« 6×9 » permet donc d’appréhender les effets psychologiques des cellules d’isolement dans les prisons. Les personnes qui y sont détenues vivent le plus souvent de l’anxiété, des crises de panique, une vision floue, des hallucinations, tout ce que le Guardian a tenté d’exprimer via divers effets vidéos à l’écran. « C’est un projet dans lequel vous êtes dans la peau de quelqu’un d’autre » explique Panetta « dans beaucoup de projets de réalité virtuelle, vous assistez à une scène ou une action, mais celui-ci vous met à la place de quelqu’un d’autre. C’est légèrement différent. »

En se lançant dans la course de la réalité virtuelle, le Guardian confirme un rapport réalisé par la Fondation Knight et The USA Today Network : 2016 s’impose comme une année charnière pour le journalisme de réalité virtuelle.

La bande-annonce 360° de « 6×9 » :

Pour réaliser l’expérience, téléchargez l’application sur l’App store ou Google Play. Un casque de réalité virtuelle est requis.

 *selon les chiffres du Guardian.
Source : NiemanLab / Photo de Une : capture d'écran

blank

Tiavina Kleber

Impétueuse journaleuse élevée par les Internets. Médias, économie et innovation @Medialism_fr. Rookie @PrismaMedia.

Leave a Comment