The Newsroom Will et Sloan

The Newsroom : le traitement de l’actualité à la frontière entre Histoire et journalisme

The Newsroom est une série écrite par Aaron Sorkin qui présente une vision idéaliste du métier de journaliste. A l’occasion de la troisième et dernière saison diffusée en France en février 2016, nous sommes revenus sur ce qui en fait une magnifique vitrine pour le métier, à la croisée des chemins entre Histoire et information.

Un métier de journaliste idéalisé

Cette ode à l’information juste est un plaisir à regarder et laisse entrevoir toute la bonté d’un métier pouvant être totalement dédié aux citoyens. Les personnages dressent le tableau d’une émission d’informations “News Night“ de la chaîne de télévision fictive ACN (Atlantic Cable News). Le média est  imaginé, les informations qu’il relaie sont quant à elles bien réelles. Elections américaines, attentats,  scandales économiques sont à la une de l’émission. La volonté de l’équipe que l’on suit est de livrer l’information la plus juste qui soit aux téléspectateurs, sans se soucier de l’audimat. C’est l’information qui modèle l’émission, et non la volonté des actionnaires de la chaîne ou la course aux meilleurs chiffres. Les journalistes travaillent l’actualité avec un recul immédiat et une analyse extrêmement documentée. Cette série montre une capacité d’empathie mêlée à une parfaite gestion du stress et un traitement de l’information rigoureusement exact. A peine déroulé, chaque événement couvert par la chaîne ACN est maîtrisé à la perfection après une esquisse de surprise. Des capacités inégalables, mais une image très flatteuse du métier. Aaron Sorkin a cherché à donner la recette de la meilleure rédaction possible à travers les personnages. Will McAvoy, journaliste et présentateur phare de l’émission est la forte tête qui a relancé la machine, accompagné par la productrice et ex-compagne, MacKenzie McHale. Le geek chargé de récolter des informations sur le web et de rédiger le blog de l’émission, Neal Sampat, apporte la touche de numérique. La reporter spécialiste financière Sloan Sabbith donne la dimension d’expertise économique permettant d’assoir le sérieux du traitement de l’information. Les autres personnages sont des journalistes, producteurs et directeurs de l’information structurant la rédaction de ce média. L’enjeu de l’équipe est d’assurer une information vérifiée, et le plus souvent analysée à chaud.

Will & Charlie The Newsroom

Un rapport à l’information digne d’un travail d’historien

Les journalistes de la série ont une capacité d’analyse et une prise de recul similaire à celle que pourrait avoir le spectateur au moment de la diffusion. Même si la série montre des journalistes dans le feu de l’action, toutes les réflexions, les recoupements d’informations et les témoignages sont obtenus si rigoureusement qu’ils répondent à toutes les questions qu’un spectateur peut se poser. Les équipes de “News Night“ sont rompues à l’exercice du traitement le plus juste de l’information, mais les journalistes n’en sont pas moins jeunes. Des professionnels ayant des années d’expérience pourraient faire les recoupements réalisés dans cette série. Mais dans ce cas, un travail de recherche approfondi et de recoupement de nombreuses sources est effectué en un temps record. Dès le premier épisode de la série, Will McAvoy fait une déclaration extrêmement précise et détaillée en réponse à la question “Pourquoi les Etats-Unis sont le plus grand pays du monde ?“. Le type d’argumentaire employé est digne d’un travail réalisé sur de nombreux documents, déclarations et autres chiffres qu’un historien pourrait utiliser. Un autre métier dont on parle peu dans le traitement de l’information d’actualité, l’historien d’information a pour rôle de donner une perspective aux faits et d’établir des liens avec d’autres faits d’époques contemporaines ou passées. Ce que font les personnages de The Newsroom se situe à la croisée des chemins entre les métiers de journaliste et d’historien.

La liberté des journalistes à l’épreuve de tout pouvoir

Ce journalisme proche de la perfection se veut en opposition aux médias spectaculaires, à la course à la rapidité, à l’audience et à l’exclusivité, aux approximations et à la soumission à l’autorité. La mise à l’écart de l’aspect capitaliste et commercial et de toute forme de pouvoir étatique donne une image indépendante de l’émission. Cette série est un recueil de nombre de leçons pour les journalistes. Elle mériterait d’être largement diffusée et conseillée aux étudiants, même si elle présente un aspect clairement idéaliste des métiers de l’information. Le respect absolu de l’éthique est à plusieurs reprises mis en exergue par une confrontation aux problématiques du droit. Et une fois de plus, ce recul et cette maîtrise absolue du positionnement des personnages dans les événements sont dignes du travail d’un historien qui serait revenu sur chaque détail sans rien laisser au hasard. Tous les aspects du métier de journaliste sont soulevés au même moment et chaque problème systématiquement résolu. Comme si aucune erreur qu’ils commettent ne pouvait leur échapper. Des capacités rêvées pour un journaliste cherchant à exercer de la manière la plus juste qui soit, bien que les personnages tirent un trait sur leur vie privée pour en arriver à ce résultat…

Charles Deyrieux

Photo : Will McAvoy (Jeff Daniels) et Charlie Skinner (Sam Waterston)

One comment

Leave a Comment